Jeunes de banlieue

Les jeunes de banlieue mangent-ils les enfants ?

Le 24 septembre 2015, Thomas Guénolé a publié chez Bord de l’Eau l’essai Les jeunes de banlieue mangent-ils les enfants ? Le livre est préfacé par l’anthropologue Emmanuel Todd.

jdb-couverture

Dans ce livre, Thomas Guénolé déconstruit le mythe du monstrueux « jeune-de-banlieue », qui selon lui est devenu l’ogre des temps modernes pour la société française. Arabe mal rasé de 15-35 ans vêtu d’un survêtement à capuche, il se promène avec un cocktail Molotov dans une main et une kalachnikov dans l’autre. Il fume du shit dans les cages d’ascenseur, il brûle des voitures ; il gagne sa vie grâce à des trafics de toutes sortes et en fraudant les allocations sociales. Sa sexualité consiste à violer les filles en bande dans des caves ; sa spiritualité, à écouter les prêches djihadistes de l’« islam-des-banlieues », dans des caves également. Il hait la France, l’ordre, le drapeau, et bien sûr, il déteste les Français (comprendre : « les Blancs »). Il aime le jihad et l’islamisme. Son rêve : partir en Syrie se battre aux côtés d’Al Qaïda, pour ensuite revenir en France commettre des attentats. Il ne serait donc pas étonnant que bientôt les parents disent à leurs enfants : « Si tu n’es pas sage, le jeune-de-banlieue viendra te chercher ».

La réalité est moins spectaculaire. L’ascenseur social étant à l’arrêt depuis longtemps, seule une toute petite minorité de jeunes de banlieue arrive à s’en sortir. Pour les autres, la vie est une galère de jeune pauvre urbain qui vivote et ne sortira pas du ghetto. Thomas Guénolé déconstruit le stéréotype du monstrueux « jeune-de-banlieue ». Il décrit la « balianophobie » qui inonde la société française des élites aux classes populaires. Sur l’insécurité, les bandes, l’islam, la sexualité, l’argot des banlieues, il remplace méthodiquement les clichés par la réalité de ces 98% des jeunes de banlieue, ni délinquants ni dans des bandes, dont on ne parle jamais.

En 2015, Thomas Guénolé a été notamment reçu pour ce livre par les émissions Salut les Terriens, On n’est pas couché et Ce soir (ou jamais !).

En 2015, après avoir déjà appelé à la dédiabolisation du rap français, Thomas Guénolé participe à une conférence organisée par la Journée des Auteurs de Sciences Po pour mettre le rap à l’honneur. Y participent également les rappeurs Dooz Kawa, Zoxea, Georgio, Kadaz et Hippocampe Fou.

En 2016, à l’invitation de TedXReims, il donne une conférence sur la diabolisation des jeunes de banlieue :